Sablé-sur-Sarthe 143 Saboliens ont choisi le Compte-Nickel

Depuis quelques mois, trois buralistes de Sablé-sur-Sarthe proposent à leurs clients le Compte-Nickel, le compte sans banque. Ils expliquent comment ça marche.

06/03/2017 à 12:12 par Lucile Ageron

Vincent Proust, du tabac du Maine, et Philippe Morel, du Fontenoy, proposent le Compte-Nickel à leurs clients depuis quelques mois à Sablé. -
Vincent Proust, du tabac du Maine, et Philippe Morel, du Fontenoy, proposent le Compte-Nickel à leurs clients depuis quelques mois à Sablé.

Ils sont trois à le proposer. Cela fait trois ans qu’il existe, mais le Compte-Nickel, le compte sans banque diffusé par les buralistes, est arrivé pour la première fois à Sablé-sur-Sarthe en mai 2016. C’était au tabac presse de la route du Mans, géré par Vincent Proust.

« J’ai connu ce système dans un salon national consacré aux buralistes. Un collègue du Mans le proposait et m’en a parlé. J’ai décidé de me lancer et depuis, j’ai participé à l’ouverture de 120 comptes, soit 120 clients puisqu’un seul compte est autorisé par personne. J’en ai même ouvert un pour mon fils qui est parti aux États-Unis. Avec ce compte, il n’y a pas de surprise. »

« Nos clients en faisaient la demande »

C’est là l’un des arguments principaux des fondateurs de ce compte qui ne nécessite pas d’aller dans une banque.

« Les clients paient 20 € par mois, ils ne sont ni jugés ni jaugés sur leurs revenus. Ils possèdent une carte bancaire, une MasterCard qui fonctionne à l’étranger. Mais on ne dépense que ce que l’on a. Impossible d’être à découvert », détaille le président fondateur de ce système, Hugues Le Bret. « Ils disposent d’un espace en ligne pour faire des virements ou éditer des relevés d’identité bancaires. »

Le succès national de ce système, d’abord créé pour permettre aux personnes exclues du système bancaire de posséder un compte, a rapidement fait des émules.

« Nous avons fait la démarche pour le proposer chez nous car des clients nous en faisaient la demande », explique Nathalie Coutard, gérante du Tobago, situé rue Saint-Nicolas à Sablé.

« En deux mois, nous avons créé quinze dossiers. Ouvrir un compte prend seulement cinq minutes. Et même si c’était davantage dirigé au départ vers les personnes interdites bancaires, on se rend compte que ça touche toutes les catégories sociales. Par exemple, j’ai ouvert un compte pour mes enfants. Ils ne peuvent pas être à découvert, il n’y a pas de chéquier. Cela tranquillise car il n’y a pas de risques. »

Une clientèle diverse

Cette diversité dans la clientèle, Philippe Morel, gérant du Fontenoy situé place du Champ-de-Foire, l’a également remarqué.

« On a le cliché des personnes en difficulté, mais on voit tout le monde. J’ai des clients en costumes cravates, toutes les catégories socio-professionnelles sont présentes. »

Et cela se retrouve dans les chiffres comptabilisés au niveau du département (lire en encadré).

« Nous avons voulu créer ce système pour réparer une injustice qui concernait les personnes interdites bancaires. Mais ce n’est pas uniquement pour ces gens-là. Le Compte-Nickel n’est pas une sorte de ghetto et touche un public plus large », poursuit Hugues Le Bret. « 36 % de nos clients sur le territoire national gagnent plus de 1 000 € par mois et 13 % gagnent plus de 2000 euros net mensuels. La première catégorie socio-professionnelle qui ouvre des comptes, ce sont les cadres ! Et la moyenne d’âge est de 37 ans. »

Les buralistes, eux, assurent que cela ne leur ajoute pas des tâches professionnelles supplémentaires.

Philippe Morel y voit même un avantage : « Cela fait partie des services proposés par notre métier. C’est intéressant pour nous car nous n’avons aucun frais bancaire quand les clients paient avec leur Compte-Nickel. Alors qu’avec une banque classique, nous avons des frais. C’est pour cela que je mets un minimum pour payer en carte bleue. »

Hugues Le Bret conclut.

« Les buralistes sont des commerçants de proximité très accessibles, avec de larges horaires d’ouverture. Avec les nouvelles réglementations notamment sur le tabac, ils ont besoin de réinventer leur métier, de valoriser leur profession. C’est pour cela que nous avons choisi de travailler en partenariat avec eux. »

Après trois ans d’existence, ce compte sans banque attire 26 000 nouveaux clients en moyenne par mois, en France. À Sablé, ils sont 143 à s’être lancés.

Compte-nickel à Sablé : quelques chiffres
Il y a 3 points de vente à Sablé : tabac presse route du Mans (Point Nickel depuis mai 2016) ; Le Fontenoy, place du Champ-de-Foire (Point Nickel depuis octobre 2016) ; et Le Tobago, rue Saint-Nicolas (Point Nickel depuis décembre 2016). À ce jour, 143 comptes ont été ouverts dans ces trois points de vente.
En Sarthe, on compte à ce jour 31 points Compte Nickel et 4 050 comptes ouverts. 40,02 % soit 1 621 clients sont demandeurs(ses) d’emploi et sans revenus réguliers ; 38,02 % soit 1 540 clients sont cadres, employés(es), fonctionnaires ; 10,74 % soit 435 clients sont artisans, commerçants, entrepreneurs, ou de profession libérale ; 7,60 % soit 308 clients sont étudiants(es) ; et 3,60 % soit 146 clients sont retraité(es).

72300 Sablé-sur-Sarthe

Captcha en cours de génération.....Version audio
Changer l'image

Sablé sur Sarthe - Vendredi 26 mai 2017

Sable-Sur-Sarthe
Ven
26 / 05
28°/15°
vent 47km/h humidité 65%
Sam27°-18°
Dim28°-17°
Lun23°-16°
Mar22°-14°

Votre journal cette semaine

Abonnement

Recevez l'actualité qui
vous concerne. Je m'abonne

Un concentré d'informations pour ne rien manquer !

Je m'inscris à la newsletter