Précigné La nouvelle médecin a pris ses marques

Daniela Micu ne regrette pas d’avoir quitté sa Roumanie natale.

Dernière mise à jour : 08/08/2013 à 16:49

La doctoresse a été bien accueillie par les élus et ses patients. Ses centres d’intérêt ? La lecture, les voyages et la musique.
La doctoresse a été bien accueillie par les élus et ses patients. Ses centres d’intérêt ? La lecture, les voyages et la musique.
Arrivée le 1er juillet rue Émile-Péneaud, la nouvelle médecin généraliste de Précigné ne regrette surtout pas d’avoir quitté sa Roumanie natale.
Daniela Micu vient en fait compenser le départ à la retraite du docteur Patrick Michau après 36 ans de service.
Cette femme de 46 ans est originaire de Piatra Neamt, une petite ville de montagne située à l’Est de la Roumanie. Elle a obtenu son diplôme à l’Université de la ville de Iasi. Elle a ensuite exercé pendant une vingtaine d’années dans son pays natal : « C’était dans un petit village, mais le système médical fonctionne plutôt mal là-bas. C’est pourquoi j’ai pris la décision de m’expatrier parce que je suis encore jeune. J’ai choisi la France, comme bon nombre de mes collègues roumains (N.D.L.R. : une dizaine exercent en Sarthe). C’est un véritable défi pour moi. »
Il est fort à parier que l’attractivité de Précigné a joué, avec ses nombreux commerces, sa vie associative et son cadre de vie.
En effet, elle avait été approchée par des cabinets de Bretagne, de Normandie, d’Alsace et du Rhône.
Dans un premier temps, Mme Micu s’est installée dans le cabinet médical de son confrère Patrick Michau puis  peut-être bientôt dans la nouvelle maison médicale dont la construction vient de démarrer.
Sa famille est restée vivre en Roumanie. Son fils, 24 ans, est ingénieur. Sonia, sa fille de 19 ans, va suivre des études de médecine.
Et Corneliu, son mari, ingénieur dans les transports, va venir passer ses vacances en août à Précigné.
« J’aimerais bien qu’ils viennent s’installer eux-aussi en France. Je me plais à Précigné. C’est une belle ville que je n’ai pas encore eu le temps de découvrir. J’ai pris des cours de français. »
Vous l’aurez compris : avec cette arrivée, le désert médical est évité à Précigné et ses quelque 3 200 habitants.

Précigné, 72

La Fléche
Une de la semaine
Sablé/Sarthe
Une de la semaine
Abonnez-vous

À Feuilleter

Une SP Formation 2014
Les archives

Revue de web

    fournis par Google